• Bandeau-bordeaux
  • Bandeau-littoral
  • Bandeau-emilion

Elections municipales en Gironde - 2nd tour

Ce soir, nous n’avons pu endiguer le mouvement amorcé, lors du premier tour. Nous payons cash l’incompréhension et le mécontentement des Français qui, c’est historique, se manifestent très fortement dans le scrutin des élections municipales. Nous faisons aussi les frais d’une abstention qu’il serait absurde d’analyser comme un désintéressement passif. Le Gouvernement doit apporter une réponse forte et résolue au message qui lui est envoyé.

La Gironde, comme les autres départements français traduit, par les chiffres, ce climat et nous perdons, hélas, des communes qui sont pourtant ancrées à gauche et d’autres où les Maires sont injustement sanctionnés par les circonstances nationales. Je pense naturellement à Pessac et à Pauillac mais aussi à Coutras, et Sainte-Foy-la-Grande qui symbolisent ce contexte… Et j’adresse à tous nos candidats qui ne l’ont pas emporté, sortants ou non, mes sentiments les plus amicaux.

Je constate, malgré tout, que face à cette lame de fond, d’autres communes girondines ont tenu bon, lors de ce deuxième tour : Mérignac, Floirac, Ambarès, sur la CUB, mais aussi Libourne, pour les grandes villes et nombre de cités en Gironde, comme Saint-Denis de Pile, Parempuyre, Sadirac et Saint-Selve, ont su résister au double phénomène de l’abstention et du mécontentement…

Lire la suite...

Réaction à l'issue du premier tour des Municipales

Je prends acte des résultats qui, en Gironde, comme au niveau national, sonnent comme le désaveu d’une politique qui n’est pas comprise, noyée dans le bourbier récent des affaires et la surenchère des commentaires. La gauche et la droite, leurs formations républicaines, doivent savoir regarder les choses en face pour ne plus faire le lit des extrémistes.

 C’est la première fois que la Gironde paie directement le prix fort de ce climat en tous points détestable. Aujourd’hui, alors que plane la menace d’un changement de cap à la Communauté Urbaine de Bordeaux, les électrices et les électeurs doivent prendre la mesure de leurs responsabilités et voter, au deuxième tour, pour ne pas signer un blanc seing à une équipe qui fera fi des politiques de solidarité humaines et territoriales mises en œuvre jusqu’alors.

Lire la suite...

A propos

Philippe Madrelle, homme politique français, est né le 21 avril 1937 à Saint-Seurin-de-Cursac (Gironde). Il est le fils d’Andrée et de Jacques Madrelle. Sa sœur aînée Nicole est née en 1935 et son frère cadet Bernard en 1944. Son père, maire de la commune de Saint-Seurin-de-Cursac et militant de la SFIO lui insuffle le goût de la politique et du sport.

Lire ma biographie

Suivre mon blog